Caractérisation de la sensibilité à la Flavescence dorée de cépages, porte-greffes et Vitis Sauvages

Caractérisation de la sensibilité à la Flavescence dorée de cépages, porte-greffes et Vitis Sauvages

Ajouter aux favoris

Ajoutée le 03/10/2019

Contribution de recherche

Caractérisation de la sensibilité à la Flavescence dorée de cépages, porte-greffes et Vitis Sauvages

Comprendre et exploiter les différences de sensibilité variétale pour réduire l’impact de la Flavescence dorée. Premiers résultats des travaux menés dans le cadre du programme Co-Act.

  • INRA BFP
  • Risques biologiques Risques biologiques

Accédez rapidement à ce qui vous intéresse :

Description Commentaires

La deuxième action du programme Co-Act est de comprendre et exploiter les différences de sensibilité variétale pour réduire l'impact de la flavescence dorée. Retrouvez ici la fiche décrivant les premiers résultats.

Les essais menés s’attachent à caractériser les réponses à l’infection de cépages, porte-greffes et Vitacées sauvages. Un des objectifs est de déterminer la sensibilité à la flavescence dorée de ressources génétiques existantes, permettant de conseiller la plantation de cépages moins sensibles, et/ou de renforcer les programmes nationaux de création variétale en identifiant des variétés génitrices peu sensibles à la flavescence dorée. 


La règlementation de quarantaine obligeant à l’arrachage systématique, les chercheurs du programme Co-Act ont développé́ un protocole permettant de caractériser la sensibilité à la flavescence dorée chez la vigne en conditions contrôlées. Les résultats obtenus à ce jour corroborent et précisent les études et observations en vignoble. 


Le protocole développé permet  d’infecter des plants de vigne avec le phytoplasme de la flavescence dorée via l’insecte vecteur naturel S. titanus et de mesurer leur capacité de résistance à la transmission par l’insecte, à la multiplication du phytoplasme ainsi que le développement des symptômes. Les résultats de sensibilité à la maladie obtenus sur différents cépages, et porte-greffe ont permis de montrer qu’ils étaient similaires à ceux observés en vignoble (Eveillard et al. 2016). 

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Contacter l'auteur de la contribution