Diversité des souches de Botryosphaeria dans les ceps

Diversité des souches de Botryosphaeria dans les ceps

Ajouter aux favoris

Ajoutée le 03/05/2017

Contribution de recherche

Diversité des souches de Botryosphaeria dans les ceps

Les maladies de dépérissement du bois sont liées à la présence d’un certain nombre de micro-organismes, dont les Botryosphaeria. Pour espérer comprendre ces maladies, il convient de mieux connaître les cycles biologiques des champignons impliqués et d’aller plus loin que la simple identification taxonomique. Pour ce faire, une technique de caractérisation infra-spécifique des Botryosphaeria, validée sur un relativement large échantillonnage de souches issues de parcelles touchées et régulièrement suivies est absolument nécessaire. 

  • COARER -
  • Enseignant/chercheur
  • - VERTOU
  • Risques biologiques Risques biologiques

Accédez rapidement à ce qui vous intéresse :

Description Commentaires

Pour espérer comprendre les maladies du bois, il convient de mieux connaître les cycles biologiques des champignons impliqués et d’aller plus loin que la simple identification taxonomique. Pour ce faire, une technique de caractérisation infra-spécifique des Botryosphaeria, validée sur un relativement large échantillonnage de souches issues de parcelles touchées et régulièrement suivies est absolument nécessaire.

Entre 2008 et 2013, l’IFV a étudié la biodiversité des espèces de moisissures, dont les Botryosphaeria en fonction des millésimes, de la localisation géographique, des organes, du statut (malade et asymptomatique) et du mode de production. Ces études, menées dans 2 vignobles différents (Val de Loire et Bourgogne) ont révélé l’existence de 3 à 5 espèces différentes dont deux principales : N. parvum et D. seriata. La question de la biodiversité infra-spécifique (i .e . le nombre de souches différentes susceptibles d’être retrouvées à l’extérieur comme à l’intérieur du cep) n’avait pas été abordée à ce jour. La problématique était donc la suivante : combien de souches différentes sont-elles susceptibles de coloniser un cep ? Se retrouvent-elles au niveau des ceps adjacents ? Ont-elles des caractéristiques différentes, notamment au niveau de la virulence ?

Les premiers résultats des analyses génétiques semblent indiquer une grande diversité génotypique ainsi qu’une répartition spatiale assez restreinte des souches de Botryosphaeria. Une fois définitivement optimisée, la technique de caractérisation infra-spécifique des Botryosphaeria mise au point pourra permettre l’étude fine du cycle biologique des champignons impliqués dans les maladies du bois et nous pourrons tenter de répondre à quelques questions importantes notamment celles ayant trait à la localisation de l’inoculum dans les tissus et organes et les éventuelles contaminations entre écorce et tissus ligneux, courson et entre-nœuds… Retrouvez tous les détails de l'étude dans la fiche téléchargeable.

 

logo IFV

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Contacter l'auteur de la contribution