Impact des dépérissements en Alsace : une enquête sur les pratiques

Impact des dépérissements en Alsace : une enquête sur les pratiques
3 septembre 2018

Impact des dépérissements en Alsace : une enquête sur les pratiques

Thématiques

Depuis 2003 et le lancement des observatoires des maladies du bois, près de 80 parcelles, de 3 cépages différents (Gewurztraminer, Riesling, Auxerrois) sont suivies chaque année en Alsace. Une base de données riche donc, pour suivre l'évolution de ces maladies dans le vignoble, mais aussi pour mieux comprendre leurs particularités. Une première analyse de ces données avait été réalisée au début des années 2010, confirmant des différences de sensibilité des cépages et montrant aussi un rôle prépondérant de la date de récolte ainsi que de la revendication du cépage. Par exemple, des parcelles de Gewurztraminer revendiquées en AOC Alsace Grand cru, récoltées le plus souvent en sur-maturation, montrent une prévalence d'esca et de BDA plus élevée. A l'inverse, des parcelles d'Auxerrois, revendiquées en AOC Crémant d'Alsace, toujours récoltées à l'ouverture des vendanges montrent une prévalence plus faible. Ces suivis annuels, montrent que ce sont souvent les mêmes parcelles qui expriment peu de symptômes ou qui en expriment beaucoup, indépendamment du cépage et de l'année de plantation.

Ces premières observations ont plaidé pour une analyse plus fine et la confrontation des données aux pratiques culturales appliquées sur la parcelle. Les 30 viticulteurs qui cultivent les parcelles de l'observatoire ont ainsi été enquêtés en 2018 par l'IFV sur une soixantaine de variables :

  • Variables fixes : caractéristiques de la parcelle comme le cépage, la densité de plantation etc.
  • Pratiques et évolutions : mode de taille, entretien du sol, rendement etc.
  • Climat : caractéristiques du millésime

Suivi des maladies du bois dans une parcelleUn cep atteint dans une parcelle

Une large base de données a ainsi été constituée et a pu être analysée. Les premiers résultats concernent l'analyse des paramètres fixes, les variables temporelles sont quant à elle en cours d'analyse. Trois principales corrélation ont ainsi été mises en évidence :

  • L'effet du cépage : le Gewurztraminer est significativement plus touché que le Riesling. L'Auxerrois, 3ème et dernier cépage de l'observatoir est quant à lui beaucoup moins sensible.
  • L'effet de la nature du sol : les sols lourds, argileux, sont significativement moins touchés que les autres types de sol. Les sols sur loess montrent une plus grande sensibilité (NB : les sols granitiques sont sous représentés dans l'observatoire et leur sensibilité n'a pas pu être déterminée.)
  • L'effet du stress hydrique : non sans lien avec le point précédent, les parcelles qui ne subissent aucun stress hydrique sont significativement moins touchées que celles qui sont contraintes.

Les données de l'observatoire permettent également de confirmer les témoignages de viticulteurs. Par exemple, il a été observé chez l'un deux, graphique à l'appui, qu'une année à fort rendement était suivie d'une année à forte expression de l'esca/BDA. De même, l'effet du recépage intégral d'une parcelle en 2007 a fait chuter de manière vertigineuse l'expression des maladies du bois et ce durablement jusqu'à aujourd'hui.

Témoignant d'un système complexe, les premières observations issues de cette ce étude sont à prendre avec prudence et nécessiteront des analyses complémentaires : cause ou conséquence ? Effet direct ou indirect ? Ils mettent cependant en lumière l'effet des pratiques viticoles sur le dépérissement du vignoble.

PNDV, IFV C.Abidon & S. Malblanc

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Vous pourriez être intéressé par ...