Des drones pour seconder la prospection à pieds

Des drones pour seconder la prospection à pieds
11 septembre 2017

Des drones pour seconder la prospection à pieds

Thématiques

La flavescence dorée est en forte recrudescence depuis quelques années dans les Bouches-du-Rhône. La maladie menace la compétitivité et même parfois la pérennité des exploitations. Les viticulteurs du département se sont fortement mobilisés, aidés de leurs organismes professionnels et du Conseil général des Bouches-du-Rhône. La prospection des 10 000 ha de vignes du département est indispensable pour contenir la pression de maladie et enrayer l’épidémie. Une telle prospection nécessite la sollicitation de 500 personnes pendant 2 mois, ce qui représente un coût élevé.

La Chambre d’Agriculture du département expérimente depuis 2016 la prospection par drone. Avec l’expertise d’une entreprise spécialisée, plusieurs types de drones ont été testés et un algorithme de détection et d’analyse des couleurs mis en place.

Sur le terrain, le drone est programmé pour quadriller la parcelle en autonomie. Une fois la parcelle scannée, il revient à son point d’ancrage et permet de dévoiler une cartographie de tous les points d'alerte détectés liés à la couleur du feuillage : stress hydrique, mort d’un cep, suspicion de flavescence dorée etc. Une quinzaine de minutes suffit pour « scanner » un hectare. Une application smartphone a été développée parallèlement pour permettre aux utilisateurs de visualiser la cartographie de la parcelle et surtout de localiser les ceps signalés. Les symptômes de la flavescence dorée sont par la suite vérifiés de visu et un prélèvement envoyé au laboratoire pour analyse. L'utilisation du drone permet ainsi un gain de temps et de personnel considérable.

Prospection flavescence doree par drone

Aujourd’hui cette méthode de prospection n’est efficace que sur cépages noirs, la détection des symptômes sur cépages blancs n’étant pas suffisamment efficace. Les parcelles très touchées par le stress hydrique ou par d’autres maladies telles que les maladies cryptogamiques se prêtent mal à la prospection par drone. En effet, le grand nombre de points critiques à contrôler à pied ne permet pas de gagner du temps par rapport à une prospection habituelle.

Cette année, le drone est expérimenté sur 500 ha du vignoble des Bouches-du-Rhône en double contrôle. Suite à un premier passage à pied, les parcelles sont contrôlées une seconde fois par drone plus tard dans la saison de façon à éviter tout risque de faux négatif dans les zones foyers notamment.

A terme, cet outil devrait être accessible aux conseillers viticoles, de façon à démultiplier les surfaces concernées par cette surveillance d’un nouveau genre.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Sébastien Attias, chef du pôle développement technique à la CA 13.

Photos ©CA13

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Vous pourriez être intéressé par ...