Pourquoi se former ?

Chapo

La maîtrise des dépérissements du vignoble passe par une formation cohérente de tous les acteurs impliqués dans le processus de production viticole : vignerons, techniciens, mais aussi chercheurs, prescripteurs... Toutes les étapes de la vie du cep (de la pépinière à la plantation, de l’établissement du vignoble à son renouvellement) doivent d’être abordées avec un bon niveau de technicité pour favoriser la pérennité du vignoble.

Dans la lutte contre les dépérissements, comme dans tous les processus techniques complexes, la formation continue des acteurs est indispensable. De nombreux stages sont organisés pour apprendre à identifier les symptômes des maladies et diagnostiquer les cas de dépérissements afin d’adapter ses pratiques viticoles pour favoriser la longévité du vignoble.

Différents acteurs de la formation proposent une offre adaptée aux différents besoins : les lycées agricoles qui s’adressent aux personnes en formation initiale ou en reconversion professionnelle, les Chambres d’Agriculture qui s’adressent aux exploitants viticoles ou à leurs salariés. Les instituts techniques et organismes de recherche proposent des formations plus ciblées. Les formations peuvent très souvent être financées grâces aux fonds VIVEA, FAFSEA ou via le CPF (Compte Personnel de Formation). Elles sont proposées au catalogue des organismes de formation ou peuvent être réalisées à la demande. N’hésitez pas à solliciter l'aide des organismes de formation correspondants et à nos faire remonter vos besoins si l'offre existante n'y répond pas.

Le site recense les principales formations identifiées à ce jour et qui concernent les dépérissements au vignoble (identification des symptômes, pratiques de taille adaptées, gestion des manquants…). La recherche cartographique vous aide à identifier en quelques clics les formations les plus proches de chez vous.

Michel Chapoutier, président d'Inter-Rhône revient sur la nécessité de la formation dans la gestion des dépérissements.

Laurence Geny
Dr Laurence Gény Denis – Responsable formation continue et apprentissage ISVV (Université de Bordeaux)

 

Pourquoi se former à la physiologie et à la taille de la vigne ?

Comme dans de nombreux métiers, la formation continue est nécessaire pour améliorer et enrichir ses pratiques. Dans le travail de la vigne, il est vraiment important de comprendre le rôle de la physiologie dans la croissance de la vigne. Aujourd’hui, il est démontré qu’une parcelle mal taillée est une parcelle qui fonctionne mal avec des conséquences à court terme sur les rendements et à plus terme avec les pathologies du dépérissement.

 

Quelles sont les formations permettant de lutter contre les dépérissements ?

A l’'ISVV, en plus des formations initiales dans lesquelles nous enseignons la taille respectueuse des flux de sève, nous dispensons deux formations continues ciblées :

  • le DUTE (Diplôme Universitaire de Taille et d'Épamprage) qui est une formation diplômante de 120 heures. Elle allie enseignement théorique et travaux pratique de taille. Elle permet de découvrir le fonctionnement anatomique et physiologique de la vigne ainsi que des éléments de pathologie végétale. Un deuxième module expose les principes de la taille respectueuse des flux de sève. Enfin le dernier module est consacré à l’exécution de la taille dans la vigne dans des grands domaines bordelais.
  • le stage court de formation professionnelle : physiologie et pratiques viticoles qui dure deux jours et permet de comprendre les conséquences physiologiques des pratiques culturales.

L’ISVV est la seule université à dispenser une formation spécifique à la taille respectueuse des flux de sève.
 

Quel est le profil de vos stagiaires ?

Nos stagiaires viennent d’horizon divers. Au niveau nationalité, nous accueillons cette année des bordelais bien sûr, des personnes de la Vallée du Rhône ou de Champagne mais aussi un allemand, un belge, un espagnol, deux italiens… Leurs profils sont divers : demandeurs d’emploi, directeur technique, ouvrier viticole, propriétaire d’exploitation… Il n’y a pas de pré-requis pour rejoindre nos formations. Pour le DUTE, seul le dossier compte avec la présentation du projet professionnel.