Mieux comprendre le dépérissement en analysant la dynamique du vignoble

Mieux comprendre le dépérissement en analysant la dynamique du vignoble
2 mai 2018

Mieux comprendre le dépérissement en analysant la dynamique du vignoble

Thématiques

La DRAAF Occitanie a mené un travail d’évaluation des dépérissements en Languedoc-Roussillon à partir des données issues du casier viticole informatisé (CVI) et des visites de terrain.

Structuration du vignoble

L’âge moyen du vignoble en Languedoc-Roussillon est de 22 ans. Ce chiffre cache des différentes significatives entre les 4 départements du Languedoc-Roussillon : le Gard et l’Hérault sont assez semblables avec un âge moyen à 23 ans, tandis que l’Aude présente un vignoble plus jeune avec 20 ans de moyenne et les Pyrénées-Orientales à l’inverse a un vignoble plus âgé avec 32 ans de moyenne. Cela représente un écart de plus de dix ans entre ces deux derniers départements.

Quelques pistes peuvent être avancées pour expliquer ces chiffres. Tout d’abord l’influence de l’arrachage indemnisé comme la prime d’abandon définitif dont le recours était fréquent il y a environ 10 ans. On peut aussi citer la proportion des appellations d’origine, le vignoble des Pyrénées-Orientales étant à forte proportion en AOC.

Du côté des cépages on constate que certains vieillissent mieux que d’autres. Ainsi le vignoble planté en Syrah présente un âge moyen de 17 ans seulement, tandis que le Carignan constitue un vignoble plus âgé avec 42 ans de moyenne. La Syrah est un cépage récent en Languedoc-Roussillon, il y a été planté à partir des années 1980. Mais surtout il suffit les effets d’un dépérissement typique bien connu aujourd’hui.

La pyramide des âges montrent aussi des profils de vignobles très différents. Pour le Carignan N, 50% des vignes en place ont plus de 45 ans, avec une présence de vignes très âgées et la part la plus importante des plantations entre 1955 et 1985. Pour le Grenache N, ce sont 50% qui ont plus de 20 ans, avec peu de vignes âgées et une dynamique de renouvellement du vignoble plus soutenue.

Pyramide des âges

Dynamiques d’arrachage et de renouvellement du vignoble

Entre 2011 et 2015, 51 500 parcelles représentant 24 000 ha ont été arrachées. Près de 20% de ces parcelles avaient été plantées il y a moins de 20 ans, situation que l’on peut considérer comme une anomalie. Cela représente environ 1000 ha/an en Languedoc-Roussillon. Cette proportion atteint même les 24% dans les Pyrénées-Orientales. La proportion de vignes arrachées entre 20 et 30 ans en Languedoc-Roussillon est elle aussi relativement importante (30%).

Quel est le profil de ces vignes qui s’arrachent ? Dans le Gard les parcelles de Grenache N arrachées ont en moyenne 37 ans, dans l’Aude 29 ans soit presque dix ans d’écart avec dans ce dernier département une très forte proportion de vignes jeunes et très jeunes qui sont arrachées. Cette observation se confirme avec le Carignan N.

Il pourra être intéressant de poursuivre cette étude sur d’autres bassins. L’objectif en Languedoc-Roussillon est de la compléter avec des contrôles sur place avant arrachage des parcelles en notant des paramètres qui ne sont pas dans le CVI. Cela permettrait de mieux comprendre les facteurs qui conduisent à l’arrachage prématuré des parcelles et les différences parfois importantes entre les territoires.

Merci à J. Degaille et L. Mayoux, DRAAF Occitanie.

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Vous pourriez être intéressé par ...