Faire connaître et reconnaître la flavescence dorée

Faire connaître et reconnaître la flavescence dorée
2 mai 2018

Faire connaître et reconnaître la flavescence dorée

Thématiques

Florent Boutin est viticulteur et président du GDON de Sommières (Gard).

Quels sont les enjeux de la formation dans la lutte contre la flavescence dorée ?


Sommières est concernée par la flavescence dorée depuis l’été 2015. Une dizaine de communes sont maintenant en zone de lutte obligatoire à des niveaux divers. Les communes concernées sont à un ou trois traitements, ou en surveillance renforcée avec des prospections entre août et octobre.


Le foyer initial a été découvert à l’été 2015 avec 230 souches identifiées. Deux après nous en sommes, sur ce foyer initial à une vingtaine de souches seulement, cela grâce au fait que la plupart des vignerons ont joué le jeu au niveau des traitements. La mobilisation pour les prospections a aussi fonctionné afin d’arpenter le vignoble et d’arracher les souches atteintes. Néanmoins, malgré le fait qu’un certain nombre de vignerons soient aujourd’hui formés, certains, deux ans et demi après, découvrent encore la maladie.

Portrait Florent Boutin


Je peux citer un autre exemple, proche de Sommières, sur trois communes qui constituent le foyer le plus important du département du Gard. Un foyer à plusieurs milliers de souches été détecté chez un viticulteur dont l’activité principale restait le maraîchage. Cet agriculteur était en dehors des réseaux techniques et d’informations viticoles. Détecté beaucoup trop tard, à sa découverte ce foyer avait donc déjà probablement plusieurs années. Les viticulteurs voisins sont aujourd’hui touchés à des niveaux qui impliquent l’arrachage des parcelles. Certains d’entre eux sont des jeunes vignerons qui viennent de s’installer, ce qui pose des problèmes importants sur la viabilité de leurs exploitations. Actuellement, sur ce foyer il a été recensé 30 000 souches atteintes de flavescence dorée, sachant que le département du Gard au total totalise 35 500 souches. Sur ce foyer, les viticulteurs voisins ont porté plainte. On en arrive à des procédures juridiques, cas de figure qu’il faudrait éviter à tous prix.


D’où l’intérêt de se former et d’arriver à toucher les agriculteurs qui sont en dehors des réseaux techniques pour lutter contre cette maladie. 

 

Merci à Florent Boutin. Photo IFV

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Vous pourriez être intéressé par ...