L'observation du vignoble, un levier essentiel dans la lutte contre les dépérissements

L'observation du vignoble, un levier essentiel dans la lutte contre les dépérissements
8 avril 2019

L'observation du vignoble, un levier essentiel dans la lutte contre les dépérissements

Thématiques

Dans ce numéro du Webzine Beaujolais, André Chavel, vigneron au Perréon a accepté de répondre à nos questions.

Présentez-nous votre exploitation en quelques lignes?

Je suis viticulteur, désormais retraité, sur la commune de Le Perréon. Avec mes enfants, nous exploitons 3,2 ha de coteaux en appellation Beaujolais Village. Durant ma vie professionnelle, j'étais très engagée auprès de la Chambre d'agriculture du Rhône et de l'IFV. En 1997, j'ai accepté de planter une parcelle d'expérimentation pour des essais sur la densité de plantation. Cette parcelle a été suivie par l'IFV Sicarex Beaujolais pendant 20 ans. Nous y avons observé entre autres l'apparition des maladies du bois.

Quelles formes de dépérissement constatez-vous sur vos parcelles?

Je touche du bois mais je suis peu concerné par les dépérissements sur mes parcelles. Je constate quelques signes d'Esca sur certains pieds mais cela me semble bien moindre que chez mes voisins. J'ai toujours pratiqué des tailles tardives et porté une attention particulière aux plaies de taille. Par ailleurs, je faisais partie de réseaux de viticulteurs en production intégrée et j'ai toujours consacré beaucoup de temps à l'observation de mes vignes. Je réalise des analyses de sol régulièrement afin de limiter les carences. J'ai remarqué quelques pieds atteints de viroses comme le court-noué mais cela reste très limité et n'a pas d'impact sur mon rendement.

Utilisez-vous des outils d'auto-évaluation pour situer vos parcelles par rapport au dépérissement?

J'ai effectivement répondu à une enquête l'an passé afin de décrire ma situation par rapport aux dépérissements. Cette enquête a permis de récupérer des données socio-économiques sur des parcelles en Beaujolais mais également en Bourgogne, Champagne et à Bordeaux. Les résultats de l'enquête ont ensuite été agrégées pour mettre au point un outil d'auto-évaluation, simple pour situer son exploitation par rapport au risque de dépérissement. C'est intéressant de pouvoir se comparer par rapport aux autres exploitations.

 

NB : L'outil d'auto-évaluation est disponible ici, si vous aussi vous voulez mesurer le risque de dépérissement sur votre exploitation.

 

Crédits photo : André Chavel

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Vous pourriez être intéressé par ...