Le microbiome de la vigne au cœur de son fonctionnement

Le microbiome de la vigne au cœur de son fonctionnement
2 juillet 2018

Le microbiome de la vigne au cœur de son fonctionnement

Thématiques

Lauréat du 2e appel à projets du Plan Dépérissement, le projet HOLOVITI propose une approche innovante de l'étude du cep de vigne : prendre en compte l'ensemble des communautés de micro-organismes qui interagissent avec lui.

Le sol est, outre le support physique d’une culture, un réservoir microbien dont les diversités et fonctionnalités vont conditionner l’état sanitaire des plantes cultivées. Il existe un continuum microbien du sol aux parties aériennes, et il est connu que le microbiome de la plante est influencé par celui du sol.

L’holobionte correspond à l’ensemble des microorganismes avec lesquels la plante interagit et établit un dialogue. Il peut être modifié suite à l’attaque d’un agent pathogène, mais peut aussi influencer la réponse à cette attaque (par des mécanismes de bio-protection). En conséquence, l’holobionte d’un cep d’apparence saine est très vraisemblablement distinct de celui d’un cep dépérissant. L’objectif du projet HOLOVITI, porté par l'UMR Agroécologie à l'Inra de Dijon est de déterminer des bio-indicateurs le long du continuum sol-racines-parties aériennes dans un contexte appliqué à des situations diverses de dépérissement : maladies du bois, court-noué, dépérissement du 161-49C. La finalité de ce projet est de développer des outils de diagnostic de l’état sanitaire d’un parcellaire, mais aussi d’évaluer les bénéfices de la mycorhization dans la lutte contre le dépérissement.

Centré sur les axes 2 (sol) et 3 (bioagresseurs) du plan de recherche développement innovation, le projet doit débuter en octobre 2018. Ses expérimentations se déroulent jusqu'au printemps 2022.

Photo : IFV

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Vous pourriez être intéressé par ...