Des techniques d'imagerie médicale au service du vignoble

Des techniques d'imagerie médicale au service du vignoble
2 mai 2018

Des techniques d'imagerie médicale au service du vignoble

Thématiques

A l'IFV de Montpellier, Cédric Moisy, porteur du projet VITIMAGE, utilise des techniques d'imagerie médicale, notamment l'IRM pour mieux comprendre le développement des champignons responsables des maladies du bois et la structuration des ceps.

L'IRM s'appuie sur les propriétés magnétiques de certains noyaux atomiques qui sont présents dans les tissus vivants. Le signal obtenu diffère selon la teneur en eau des différents tissus. Ainsi, l'IRM peut permettre de différencier les types de tissu ou de visualiser le déplacement des molécules d'eau dans les tissus.

IRM sur vigne

L'intérêt de cette technique non destructive est de pouvoir suivre le développement des champignons pathogènes dans le bois. Il s'agit de comprendre le rôle de chaque champignon et son impact sur les tissus mais cela peut aussi permettre de développer des outils de détection, de suivi, d'évaluation de la tolérance des cépages dans les programmes de création variétale ou encore d'évaluation de molécules de lutte.

Sur des ceps entiers prélevés au vignoble cette technique permet de confronter les données d'observation sur plusieurs années au vignoble à leurs structures révélées par IRM.

Exemple de résultat par imagerie

Les données, combinées à celles des rayons X permet d'interpréter et de visualiser les zones nécrotiques. Ici on peut visualiser une entrée des pathogènes par les plaies de taille sur la tête de souche mais aussi une plaie probablement causée par un outil de travail du sol . Cette dernière a aussi fortement perturbé les flux de sève et la fonctionnalité des tissus.

Images : S.Mérigeaud Tridilogy, J. Perry Comité Champagne, C. Moisy IFV

Photo de couverture : INRA

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Vous pourriez être intéressé par ...