Flavescence dorée : gestion de la maladie

Flavescence dorée : gestion de la maladie

Ajouter aux favoris

Ajoutée le 16/06/2018

Fiche technique

Flavescence dorée : gestion de la maladie

Ce document publié par le réseau Winetwork présente les différents moyens pour lutter contre la flavescence dorée dans les régions déjà touchées par la maladie.

  • Winetwork

Accédez rapidement à ce qui vous intéresse :

Description Commentaires

Chaque année, la flavescence dorée entraîne une réduction de la vigueur des vignes, des baisses de rendement et ainsi une diminution de la qualité des vins. Dans les régions infectées, il est nécessaire d'agir à la fois sur le vecteur et sur la maladie. Cette fiche reprend les différentes solutions techniques à mettre en place.

Le contrôle du vecteur

L’adulte de Scaphoideus titanus mesure de 4,8 à 5,8 mm et possède une couleur marron et des rayures sur la tête (1 à 3 selon le sexe). Les adultes de Scaphoideus titanus peuvent être confondus avec Phlogottetix.

La date du premier traitement insecticide doit être correctement choisie pour garantir l'efficacité du traitement. Pour identifier l'apparition des premières larves, il est possible d'utiliser des cages d'émergence ou des outils de modélisation. Le premier traitement doit être positionné un mois après l'apparition des larves.

La stratégie de traitement est déterminée en France par arrêté préfectoral en fonction de la zone. Elle peut-être établit avec 2 ou 3 traitements, généralement l'un sur les larves, le deuxième sur les adultes.

Gestion au vignoble

Le contrôle de la flavescence dorée passe par une nécessaire prospection du vignoble pour détecter le plus tôt possible d'éventuels foyers d'infection. Elle est souvent organisée par les GDON et nécessite l'implication de tous les viticulteurs pour une efficacité optimale (cf ici le témoignage de Gilles Bouton).

Les plantes infectées doivent être arrachées le plus rapidement possible pour éviter la propagation de la contamination à toute la parcelle ou à des parcelles voisines et une attention particulière doit être apportée aux vignes ensauvagées qui peuvent être des réservoirs de la maladie.

Aspects innovants dans la lutte

Des solutions innovantes sont testées dans les vignobles pour compléter les méthodes de lutte chimique : confusion sexuelle,  push-pull, application d'huile essentielle d'orange ou de kaolin, utilisation d'agents de biocontrôle...

Traitements à l'eau chaude en pépinière

La France, l'Italie, le Portugal, la Croatie et la Hongrie ont rendu le traitement à l'eau chaude obligatoire en pépinière pour limiter la contamination par le phytoplasme. Ce traitement fait l'objet d'une fiche disponible ici.

 

 

 

 

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Contacter l'auteur de la contribution