De très bons échanges lors du séminaire de recherche à Beaune

De très bons échanges lors du séminaire de recherche à Beaune
16 janvier 2020

De très bons échanges lors du séminaire de recherche à Beaune

Thématiques

Une communauté dépérissement mobilisée


Le séminaire de recherche du Plan dépérissement sur la thématique « recherche et transfert, quelles synergies ? » a permis de rassembler plus de 130 chercheurs et techniciens à Beaune sur deux demi-journées.
La mobilisation est remarquable d’autant plus que le 9 janvier était une journée de grève des transports et que le séminaire avait déjà fait l’objet d’un report. La mobilisation des techniciens majoritairement des Chambres d’agricultures doit être notée, elle est nouvelle sur ce format de séminaire. D’autres techniciens provenant de l’IFV ou de certains GDON ont également pris part aux débats. 
Quant aux chercheurs présents, en plus de tous ceux dont les travaux sont financés via l’appel à projet du Plan dépérissement, de nombreux participants étaient présents pour la première fois. Les équipes CNRS de Bordeaux, Poitiers, Strasbourg et Paris sont venues compléter les équipes Inrae de Bordeaux, Colmar, Grignon, Montpellier, Dijon et Colmar. Les universités de Haute Alsace, Bourgogne et Bordeaux étaient également représentées.
Des inscriptions ont dues être refusées faute de place dans les salles, signe de l’intérêt du séminaire.
Trois ans après le lancement du Plan, la communauté « dépérissement » est donc bien constituée et active.

De premiers résultats transférables

Outre les efforts fournis pour favoriser la formation sur le terrain, de premiers résultats des programmes de recherche ont été présentés. Par exemple, les chercheurs du programme Physiopath ont démontré que le dysfonctionnement hydraulique constaté dans les maladies du bois est dû à la présence de gel (tyloses) dans les vaisseaux conducteurs de sève. Anne-Sophie Spilmont a montré dans le cadre du programme Origine des résultats intéressants sur la qualité de la greffe. Le projet Vitimage, par des techniques d’imagerie IRM ou tomographie à rayon X parvient à retracer la colonisation des maladies du bois dans un cep de vigne, permettant de mieux comprendre la propagation de la maladie des tissus malades vers les tissus sains.
Enfin, le projet Vaccivine, basé sur la prémunition des vignes contre le virus responsable du Court-Noué, avance des résultats très prometteurs qui pourraient entrainer à terme une réorganisation de la filière matériel végétal.
Ces deux demi-journées ont permis la présentation orale de 7 programmes de recherche et de 17 panneaux. 6 autres projets ont été présentés sous forme de vidéos.

Présentations orales : 

Panneaux de présentation des résultats

  • Diagnostic des causes de bas-rendement : projet LongVi
  • Mobilisation et Innovation Vigneronne : projet MIVigne
  • Améliorer la qualité des plants et le taux de reprise au greffage : projet Origine
  • Développement des moyens de lutte curative et préventive contre les maladies du bois : projet Euréka
  • Interaction entre les propriétés des vaisseaux, le fonctionnement hydraulique et la sensibilité aux agents pathogènes de la vigne : projet Physiopath
  • Identification des composantes de la tolérance aux maladies du bois : projet Tolédé
  • Trajectoires de dépérissement des vignobles : projet Tradévi
  • Mise en oeuvre de nouveaux tests de sensibilité à Eutypa Lata en vue de sélectionner des cépages et clones plus tolérants : projet Test-Eutypa
  • Evaluer et prévenir les risques biologiques afin d'optimiser les stratégies de gestion de la flavescence dorée : projet Co-Act
  • Nouvelles connaissances pour un meilleur pilotage de la flavescence dorée : projet Risca
  • La prémunition pour contrôler le court-noué : projet Vaccivine
  • Estimation de la prévalence et de la nuisibitilié du Court-Noué : projet Coupré
  • Gestion collective et intégrative de la lutte contre l'enroulement viral de la vigne : projet GéEnVi
  • Mémoire épigénétique des stress : projet Epidep
  • Synthèse bibliographique sur les sols viticoles : projet étude sol
  • Identification de bio-indicateurs le long du consortium sol-racines-arties aériennes dans un contexte de dépérissement : projet Holoviti
  • Influence du microbiote de la rhizosphère sur la croissance du greffon : projet Vitirhizobiome

Vidéos des programmes de recherche

  • Vidéo Jasympt sur l'amélioration de la lutte contre le court-noué par l'utilisation des jachères et de la symptamologie
  • Vidéo GPGV sur la virose émergente du GPGV
  • Vidéo Atomivine sur les marqueurs moléculaires du dépérissement
  • Vidéo Solar sur la fertilité des sols et dépérissement de la vigne
  • Vidéo Bourgeons sur l'effet de l'ébourgeonnage dans la lutte contre les maladies du bois
  • Vidéo Décidep sur l'impact socio-économique des pratiques culturales pour lutter contre le dépérissement de la vigne

De nouvelles thématiques de recherche pour l'appel à projets

Le séminaire de Beaune a également permis de présenter les nouveaux axes de l’appel à projet, comme l’épidémiologie et le traitement des données pour mieux analyser le suivi de certaines maladies.
Les sociologues Marianne Cerf et Jean-Marc Meynard ont expliqué les apports des sciences sociales dans le changement des pratiques. La co-construction est désormais de mise entre viticulteurs, techniciens et chercheurs. 
Le travail mené en ateliers a permis de dresser un premier bilan des avancées obtenues dans la lutte contre le dépérissement du vignoble. Quasiment 300 contributions ont été reçues en une heure d’échanges permettant de lister notamment les perspectives de recherche pour une dizaine de thématiques.
 

Retrouvez-ici

Commentaires

Il y a actuellement 0 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Vous pourriez être intéressé par ...